Money Series #5: Pourquoi et comment traquer ses dépenses ?

par C. Befoune
2 commentaires
comment traquer ses depenses
11 minutes

Mon argent a disparu de mon compte en banque.

Littéralement.

J’ai regardé le montant restant et j’ai sursauté. Il ne correspondait pas du tout avec ce que j’avais en tête. Mon cœur s’est mis à battre la chamade jusqu’à ce que je me souvienne que j’ai fait d’énormes dépenses certes nécessaires, mais pas planifiées, et donc pas documentées. Au final, je n’ai qu’une idée peu claire de ce que j’ai effectivement dépensé.

Le chemin vers une épargne équilibrée est long et sinueux. Je m’en rends compte tous les jours. Dans mon cas, le problème n’est pas l’épargne. Je l’ai dit dans chacun des 4 premiers articles de la série. Mon problème est la rétention du montant épargné.

Je traite le montant à épargner comme la facture la plus importante et la plus urgente du mois. Une fois que je reçois mon salaire, je déduis ce montant avant toute chose et je le transfère selon les différentes répartitions de mes économies (voir #3). J’avais accès à toute cette épargne au départ, mais depuis le mois de décembre les 2/3 de mon épargne mensuelle sont attribués à la bourse, et je n’y ai pas accès. Le tiers restant est accessible, et donc il n’est pas en sécurité. Ce que prouve mon sursaut d’aujourd’hui face au montant restant sur mon compte épargne.

Comme vous le savez tous, le Money Series repose exclusivement sur mon expérience personnelle, une expérience enrichie par des livres et des podcasts sur les finances personnelles. L’argumentaire du jour repose sur ces deux supports :

Si vous êtes régulier ici, alors vous connaissez déjà Manage Your Money Like A Fucking Grown Up. C’est le livre qui a lancé la série, celui grâce auquel elle existe. Je l’ai acheté quand j’ai pris la ferme décision en novembre dernier de me consacrer à une épargne saine. C’est lui qui m’a également encouragée à me tourner vers la bourse. J’en suis au Chapitre 3, et aujourd’hui j’ai lu les sous-sections Track your money, Give the details about your accounts et Categorise your spending.

Mon problème aujourd’hui est le suivant : je sais quelles sont mes charges fixes (la répartition de mon salaire est présentée dans Money Series #1 et le #3), je sais quelle est mon épargne. Mais je ne sais pas comment je dépense l’argent qu’il me reste, et donc je ne sais pourquoi je tape régulièrement dans mon épargne accessible (raisons autre que les frais de transport qui me coûtent la peau du cou).

En ce moment, je réfléchis sérieusement à m’abonner de nouveau à des médias payants, notamment Medium, Mediapart et AOC. J’ai un véritable besoin d’informations sérieuses, mais ce n’est pas une dépense que je peux transformer en charge fixe pour le moment sans réduire mon épargne étant donné que tout mon argent est alloué à des catégories fixes. D’un autre côté, je sais très bien que je peux m’abonner à ces médias sans en ressentir le poids si je traque minutieusement mes dépenses.

Je me suis par exemple rendue compte que mes frais de pressing sont nettement moins élevés que le budget alloué, sauf que je ne fais rien de concret du reliquat. Ce mois-ci par exemple, je n’ai utilisé que 30% de ce montant. Si je ne traque pas mes dépenses, les 70% restants seront perdus. Il en va de même pour les factures d’eau et d’électricité. Je n’ai jamais atteint le montant alloué… mais il n’a jamais été utilisé de manière utile et traçable.

En gros, je pourrais dépenser moins que je le fais si je sais exactement où va mon argent.

Sam Beckbessinger, qui a écrit Manage Your Money Like A Fucking Grown Up, propose sur son site internet un kit complet pour traquer les rentrées d’argent et les dépenses. Elle met à disposition des feuilles Excel assez élaborées qui permettent d’avoir une vision globale de sa situation financière. Le document se présente de cette façon :

Les différentes feuilles sont visibles au bas de la photo. J’ai pris une photo de la feuille Categorisation parce qu’elle m’intéresse particulièrement :

L’avantage avec ces feuilles est que le calcul des totaux se fait automatiquement, ce qui peut vraiment faciliter la vie. Il est possible de télécharger le document ici.

Bien que je trouve ces ressources très intéressantes, je ne les utiliserai pas. Du moins, pas pour le moment. C’est à ce niveau qu’entre en jeu le Kakeibo, The Japanese Art of Saving Money, le support à côté du livre de Sam Beckbessinger sur la première photo dans l’article.

Le Kakeibo m’a été offert par une âme charitable. Vraiment charitable. Au départ j’ai pensé que c’était un livre, mais ce n’est pas le cas. C’est un carnet qui permet de budgétiser et traquer ses dépenses. Il repose sur une méthode japonaise de gestion des finances personnelles, une méthode très célèbre qui a permis aux ménages au Japon de relever leur niveau de vie en faisant de l’épargne une habitude quotidienne.

Il se présente de la manière suivante :

Je préfère nettement utiliser le Kakeibo pour le moment parce que j’ai besoin d’écrire exactement tout ce que je dépense au fur et à mesure que je dépense. L’avantage avec ce carnet est que les dépenses ne sont pas catégorisées. Il est donc possible de marquer « Bonbon : 50 FCFA » sans réfléchir à la catégorie dans laquelle la dépense sera incluse. Je ne veux pas une vue globale des dépenses quotidiennes. Je veux savoir exactement ce que j’achète pour avoir une idée des tendances : qu’est-ce-qui revient souvent, qu’est-ce-qui est inutile, quelles sont les dépenses compulsives inconscientes, et surtout où va l’argent budgétisé que je n’utilise pas ?

D’un autre côté, écrire (pas saisir, mais écrire à la main) au quotidien ce qui est dépensé permet de prendre le temps de réfléchir 1 ou 2 secondes à l’importance de la dépense. La honte que je ressentais parfois après avoir acheté un énième livre disparaissait très vite étant donné que la dépense n’était pas gravée dans la pierre. A présent elle me suivra partout, et je devrais l’assumer jusqu’au bout.

Donc oui, la prochaine étape est le suivi quotidien de mes dépenses. Le Kakeibo permet la budgétisation et la planification des dépenses sur 12 mois, mais ces deux autres aspects seront occultés pendant les 3 premiers mois au moins de l’utilisation du support. Ça ne m’intéresse pas. La répartition de mon salaire est déjà faite. À présent je réfléchis à une meilleure budgétisation, ce que je ne peux accomplir si je ne sais pas exactement où va mon argent. Vous savez tous que les dépenses liées au taxi me foutent les boules. Pour la première fois, elles seront sérieusement traquées et je saurai au franc près combien je dépense en déplacements par mois.

Une fois que j’aurais équilibré tout ceci, j’adopterai les fichiers Excel de Sam. Je ne peux mettre la charrue avant les bœufs. Je tiens toutefois à préciser qu’il ne faut pas nécessairement avoir un Kakeibo pour traquer ses dépenses. Un carnet irait très bien.


Alors que je cherchais l’inspiration pour cet article (oui, elle ne tombe pas du ciel), j’ai regardé une vidéo de Maya Washington ou Shameless Maya sur YouTube. En 2017, la créatrice de contenu a upgrade : elle est passée d’une entreprise d’une ou deux personnes à une agence avec un bureau et des employés. Elle y a investi ses économies… et a fait faillite. Elle s’est retrouvée endettée et a raconté cette triste aventure dans cette vidéo :

Mais ce n’est pas de cette vidéo que je souhaite parler. Après avoir quasiment disparu de YouTube en 2018, Maya est revenue il y a une dizaine de jours avec une vidéo dans laquelle elle annonce qu’elle est « debt-free » et de retour. Je ne suis pas endettée, je n’ai contracté aucun prêt dans une quelconque banque, alors j’ai parfois du mal à me sentir concernée par les discours autour de la dette, discours qu’on rencontre souvent lorsqu’il s’agit de la gestion des finances personnelles. Par contre, une chose est sûre, ils cristallisent ma décision de ne jamais, jamais contracter de prêt à la banque si ce n’est pour une raison qui pourrait me rapporter de l’argent dans le même temps. Du coup, j’ai envie de rédiger un article sur les raisons qui pourraient me faire contracter un prêt bancaire et comment cet argent serait utilisé. Oui, j’y ai déjà pensé et mes nombreuses lectures sur le sujet ont éclairé ma réflexion. Ça vous intéresse ? Si oui, dites-le moi en commentaire.

Revenons à la vidéo dont je parle. La voici

Maya a une invitée dans cette vidéo, une jeune femme, Tiffany Aliche ou The Budgetnista. La pertinence de ses conseils en ce qui concerne l’épargne m’a poussée à en savoir un peu plus sur elle. De recherches en recherches, je me suis retrouvée inscrite à un de ses challenges : Live Richer Challenge : Saving Edition.

Je dois avouer avoir été assez déçue par les mails quotidiens de Clever Girl Finance dont le podcast est le point central du Money Series #4. Les mails reçus étaient tellement déprimants que j’ai fini par les considérer comme des spams et je me suis désabonnée. Le podcast reste toutefois magnifique.

Je n’ai par contre pas du tout hésité à m’abonner au challenge de The Budgetnista malgré les mails quotidiens annoncés. Pourquoi ? Parce que cette femme semble savoir de quoi elle parle. Elle donne des conseils pragmatiques dans cette vidéo, des éléments qui semblent évidents, mais qu’on n’adopte pas forcément. Elle parle par exemple du fait d’avoir de l’argent, mais pas assez d’argent pour vivre à un certain niveau, et donc se contenter de vivre pauvrement an attendant de pouvoir pleinement vivre au niveau où on le souhaite sans contracter de dette. J’ai vraiment beaucoup aimé.

Le challenge durera 22 jours, et chaque jour je recevrai un mail qui me challengera en quelque sorte. Il est également possible de rejoindre le groupe Facebook rassemblant tous ceux qui font l’un ou l’autre de ses challenges, mais je ne le ferai pas. Je ne suis pas prête à retourner régulièrement sur Facebook, même pas pour un challenge, quel qu’il soit. Voici comment le déroulé de l’abonnement se présente :

Le Starter Kit ne m’intéresse pas. Tout ce sur quoi je suis focalisée c’est le programme des 22 prochains jours et la valeur ajoutée des mails quotidiens. Je vous en parlerai une fois les 22 jours terminés, et je vous dirai tout ce que j’en ai tiré de positif. Je vous parlerai également des progrès enregistrés grâce à l’utilisation du Kakeibo.

En attendant, n’hésitez pas à poser des questions en commentaires. Vous avez pu le constater, je réponds personnellement à chacun des commentaires reçus sur le blog.


Digressions n’a aucun compte sur les réseaux sociaux, une situation qui n’est pas prête de changer. Pour vous tenir informés des activités ici, abonnez-vous au blog, tout simplement. 

Je suis disponible par mail à l’adresse mesdigressions@gmail.com et sur Instagram à @c_befoune.

 

2 commentaires
2

You may also like

2 commentaires

Avatar
Anna K avril 20, 2019 - 12:34

Hum…. Le débat-ci est long

Reply
C. Befoune
C. Befoune avril 21, 2019 - 10:18

LMAO !! Je te comprends !

Reply

Commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Add Comment
Avatar
Loading...

Cancel
Viewing Highlight
Loading...
Highlight
Close
Login

Abonnez-vous ou connectez-vous !
Forgot password?
New to site? Create an Account
×
Signup

Abonnez-vous ou connectez-vous !
Already have an account? Login
×
Forgot Password

×