Comment budgétiser pour dépenser utile

par C. Befoune
3 commentaires
14 minutes

J’ai accusé un grand, mais alors un très grand retard dans la publication de cet article. La raison est très simple : j’ai complètement changé ma manière de budgétiser mes dépenses.

Oui, j’ai enfin trouvé une manière de budgétiser mon argent qui me convient parfaitement. J’ai dû la tester et l’affiner pendant de nombreux mois, et je suis enfin satisfaite. Je peux à présent vous en parler.

Je vous ai parlé au début de cette navigation à travers les finances personnelles du Kakeibo, un cahier imprimé qui permet de planifier ses dépenses selon une méthode japonaise très réputée. Je l’ai utilisé pendant un moment et il m’a été utile pour redresser mes finances. Ce cahier permet de manière très basique d’établir un budget et de planifier ses dépenses. Je me suis rendue compte à un moment donné que malgré le redressement de mes dépenses, je ne m’en sortais pas aussi bien que je le souhaitais, et ce pour une raison très simple (raison découverte après réflexion).

Le Kakeibo n’est pas adapté à mes besoins. Il ne permet pas de break down les rentrées et sorties d’argent de manière aussi détaillée que je le souhaite, et il n’est pas modifiable. Je n’avais donc pas la possibilité d’y inclure les éléments qui peu à peu s’imposaient comme fondamentaux pour moi. Je continue de recommander le Kakeibo à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure ou qui n’ont besoin que d’une planification basique. 

Ma méthode à moi est nettement plus détaillée et nettement plus flexible.


1- Les économies

Je ne rigole pas avec mes économies. Le montant de mes économies est celui que je note en premier, donc il est tout en haut du budget. Bien que le montant de mes économies soit fixe, il reste une dépense car c’est une somme d’argent extraite de mon revenu. Ma toute première action lorsque je reçois mon salaire c’est virer mes économies dans mon compte d’épargne accessible. Toutes les autres dépenses s’adaptent au montant restant.

Retirer le montant de ses économies après avoir effectué toutes les dépenses est la plus grande erreur qu’on puisse faire lorsqu’on a ses finances personnelles à cœur. Les dépenses sont généralement alignées (consciemment ou inconsciemment) au montant disponible. Alors si les économies sont noyées dans la somme d’argent disponible jusqu’à la fin du mois… alors elles aussi sont disponibles.

Peu de personnes qui ont adopté cette méthode arrivent à économiser la somme voulue ou prédéfinie. Le plus triste est que lorsqu’on est dans cette situation on se convainc que les dépenses effectuées étaient essentielles, raison pour laquelle elles n’ont pu être évitées.

 

2- Les charges fixes

Les charges fixes occupent une place de choix dans mon budget mensuel. Ces charges reviennent absolument tous les moi, notamment le loyer, les salaires des employés de maison et/ou les factures. Pour ce qui est des factures je ne les jumelle jamais. La liste est très détaillée : facture d’eau, facture d’électricité, facture internet….

La raison est très simple : je veux savoir exactement où va le moindre franc. Si je prends la mauvaise habitude de considérer 1 ou 2 dépenses ensemble, à la fin de la journée j’ai un montant fixe dans ma tête pour absolument toutes les dépenses et pour peu que ce montant subisse un changement, je suis complètement perdue.  Il en va de même pour les salaires des employés de maison. Il peut arriver qu’un employé reçoive plus ou moins d’argent au cours d’un mois. Je dois noter qui et pourquoi. Je vous ai déjà parlé de l’importance de traquer la moindre de ses dépenses, mais je reviendrai dessus.

Dans ma réalité il y a 2 types de charges fixes : les incontournables et les contournables. Rappelez-vous que j’ai dit au départ que les charges fixes sont celles qui reviennent tous les mois, quelles qu’elles soient. Les charges fixes incontournables sont celles dont je ne peux me passer sans que mes besoins primaires ne soient affectés: loyer, factures d’eau, d’électricité, internet (mon travail en dépend grandement donc cette facture est centrale), salaire des employés de maison (bien que ce soit discutable). Celles contournables sont celles dont je peux me passer sans que mes besoins primaires ne soient affectés : abonnement pour l’hébergement de mon podcast, coiffeuse, pédicure…

Il peut sembler curieux que mes frais de coiffures et de pédicures soient inclus dans les charges fixes. Ces dépenses reviennent tous les mois à une fréquence très précise. Ces frais ne sont pas inclus dans mon allocation personnelle parce que ce sont des dépenses prévues et tout ce qui est prévu est noté. Nous parlerons de cette allocation plus tard.

Le total des charges fixes contournables et incontournables est noté séparément, et ce pour une raison très simple : en cas de vaches maigres, je sais sans avoir à réfléchir quelles sont les charges dont je peux me passer. Un abonnement Netflix par exemple revient tous les mois. L’inclure dans les charges fixes sans faire de différence avec le loyer ou la facture d’eau laisse penser qu’il est tout aussi indispensable. Pourtant c’est loin d’être le cas.

Si j’ai une grosse dépense à effectuer ou que mes rentrées d’argent sont inférieures aux rentrées habituelles, je sais exactement vers quelle colonne me tourner. Les charges fixes contournables peuvent être annulées pendant plusieurs mois sans que mon niveau ou ma qualité de vie ne soit affectée. La somme totale de cette colonne peut être supprimée ou allouée à une autre colonne au besoin.

En cette période de confinement, une grande partie des dépenses de la catégorie des charges fixes contournables est épargnée.

 

3- Les courses

Bien que la somme mensuelle des courses à la maison soit fixe, la manière de la dépenser n’est pas immuable. Mes courses sont réparties en 5 catégories : vivres frais, viande-poisson, autres produits alimentaires, nécessaire pour la maison (allumettes, sacs poubelles, sacs de congélation…), produits d’entretien. 

Il peut arriver que je n’aie pas besoin d’acheter de viande ou de poisson au cours d’un mois. Dans ce cas cette somme est allouée aux autres produits nécessaires. Je peux décider d’acheter plus de produits d’entretien, du coup le mois suivant j’en aurai moins en acheter et donc j’aurai plus d’argent disponible pour autre chose.

Les vivres frais sont achetés toutes les semaines alors une enveloppe contenant le montant nécessaire leur est allouée. Si jamais je décide de les acheter un jour où je suis sortie et où je n’ai pas pris d’argent dans cette enveloppe, j’effectue les achats et je vais me « rembourser » une fois à la maison. Aucune catégorie ne paie pour une autre. Je les traite vraiment comme des êtres conscients, et le remboursement est quelque chose de très sérieux dans ma réalité. Sinon mes comptes sont faussés.

Enfin une enveloppe portant la mention maison est à disposition. Une somme définie à l’avance y est mise tous les mois. Cet argent permet de couvrir toute petite dépense qui ne peut pas forcément être budgétisée (achat d’eau minérale à boire par exemple) et tout imprévu concernant la maison au cours du mois. La somme n’est pas énorme étant donné que toutes les courses sont faites et que nous avons un nombre défini de fois où on se permet de commander à manger, mais si par exemple un robinet se détraque ou qu’on souhaite commander à manger pour une raison ou pour une autre, l’argent sera pioché dans cette enveloppe. 

Si l’enveloppe est vidée avant la fin du mois, l’argent n’est pas remplacé. On serre la ceinture par rapport à cette catégorie et on attend patiemment le mois suivant. On ne se fera par exemple plus livrer de nourriture. Sachant cela, on ne le claque pas comme des « gaous ». Il en va de même pour l’enveloppe contenant l’argent des vivres frais. Cet argent est utilisé intelligemment parce qu’il ne sera pas remplacé s’il s’évapore avant la fin du mois.

 

4- Le petit humain

Le petit humain a une somme précise qui lui est allouée tous les mois. Elle est définie après évaluation des dépenses nécessaires, puis une somme précise est ajoutée pour des cas imprévus. Son argent est dans une enveloppe qui porte son nom. Chaque fois qu’il faut acheter du lait ou des couches on sait exactement où l’argent sera pris. 

Cette enveloppe est la seule qui est renflouée si l’argent à disposition est utilisé avant la fin du mois. L’argent pour le renflouement n’est pas tiré de mes économies, mais de mon allocation personnelle. Je vous en parle un peu plus bas.

 

5- Les dépenses prévues au cours du mois

Je l’ai dit et je le répète, je ne fais pas d’achat impulsif et cette manière de budgétiser me permet de m’assurer que je ne m’éloigne pas de cette décision. Une catégorie de mon budget porte la mention Dépenses prévues. Ce mois-ci par exemple j’ai noté dans cette catégorie l’achat d’un nouveau nom de domaine et d’un nouveau thème pour le site internet sur lequel je planche en ce moment. Ça ne coûte pas forcément la peau des fesses, mais ça ne signifie pas aussitôt pensé, aussitôt acheté.

Ne pas acheter sur un coup de tête me laisse le temps de penser à la dépense et d’évaluer sa réelle pertinence. Si la dépense est plus élevée que je ce que je souhaite dépenser en un seul mois, ça me laisse le temps de décider si j’ai besoin de l’étaler sur plusieurs mois ou non.

 

6- Remboursements

Cette catégorie est la sixième de ma liste, mais elle est la deuxième mentionnée au cours de la budgétisation mensuelle, juste après les économies.

Le dernier article sur les finances personnelles est intitulé Épargne et fonds d’urgence. Dans cet article je vous ai parlé de l’épargne accessible ou encore fonds d’urgence. En bref c’est l’argent que vous mettez de côté et qui est accessible en tout temps, au contraire de l’épargne inaccessible à laquelle vous n’avez pas accès.

En plus de ses différentes fonctions listées dans cet article, l’épargne accessible me sert également de « banque » car j’y contracte des prêts remboursés selon un plan défini avant de contracter le prêt. Je vous donne un exemple clair afin que vous compreniez.

Depuis plus d’un an je souhaitais payer un abonnement à MasterClass, un magnifique site ou des experts de domaines divers et variés partagent leur art et leurs méthodes de travail. L’abonnement coûte à peu près 200 dollars. J’ai la possibilité de m’offrir cet abonnement, sauf que je voulais m’assurer que ce n’était pas un caprice, alors j’ai attendu un an. Oui, l’hésitation peut faire ça aussi !

J’ai au final décidé de payer l’abonnement, mais je ne voulais pas payer les 200 dollars d’un coup. Pourquoi ? Parce que je préfère ne pas dépenser autant étant donné que la somme que je m’alloue personnellement par mois n’est pas très grosse. Je préfère épargner plutôt que d’avoir de l’argent à ma disposition. 

Je me suis inscrite sur MasterClass et j’ai pris cet argent dans mon épargne accessible puis j’ai défini un plan de remboursement. J’ai décidé de payer en 4 tranches et l’argent de chacune des tranches est déduit de mon allocation personnelle. J’ai payé la deuxième tranche ce mois-ci. Encore 2 mois et c’est terminé.

Cette méthode est vraiment pratique pour les dépenses plus ou moins énormes. Il est possible de les effectuer sans toutefois épuiser son allocation personnelle ou léser une catégorie de dépenses. Je ne recommande par contre pas de contracter plus d’un prêt à la fois, sinon l’épargne accessible ne joue plus son rôle, et vous pouvez vous retrouver à payer pour des choses pas forcément nécessaires tout simplement parce que vous avez de l’argent à disposition.

 

7- Allocation personnelle

Mon allocation personnelle est la somme restante lorsque toutes les dépenses mentionnées précédemment sont budgétisées et/ou effectuées. Je tiens tout de même à préciser que je ne me permets pas toujours de prendre pour moi la totalité de la somme restante. 

Le montant que je me réserve par mois n’est pas un montant à 6 chiffres. Je n’ai personnellement pas besoin d’autant d’argent lorsque tout est acheté et payé à  la maison (le minimalisme a du bon !), alors il arrive très souvent que la somme restante soit largement supérieure au montant que je me permets d’avoir pour moi.

Dans ce cas soit j’épargne la totalité du surplus, soit j’épargne une partie et je viens en aide à un membre de ma famille avec la seconde partie, soit (si la somme ne me permet pas de faire les 2), je viens tout simplement en aide à une personne et j’attends le mois suivant pour un surplus à épargner.


Je tiens à préciser que je ne me limite pas à la budgétisation. Je traque chacune de mes dépenses, ce qui me permet de savoir exactement quelles sont les tendances. Ça me permet également de savoir pourquoi il n’y a plus d’argent dans l’une des enveloppes ou pourquoi il en reste encore alors que le mois est écoulé. J’en ai parlé dans l’article intitulé Pourquoi et comment traquer ses dépenses.

Je gère mes finances en toute transparence envers moi-même (le mensonge à soi-même quand il s’agit d’argent est le premier pas vers le foirage permanent !) et envers le papa du petit humain. Comme vous le savez nous vivons ensemble depuis un moment déjà. Nous nous soumettons à l’un et à l’autre notre budget mensuel. Il est nettement plus spartiate que moi, donc il dépense encore moins d’argent pour lui-même.

Je vous ai publié un article sur la gestion des finances personnelles au sein du couple. Notre méthode est parmi celles présentées. Lorsqu’il s’agit de gestion d’argent quand on vit avec quelqu’un, il est préférable d’avoir tous les 2 la même vision de la dépense et de l’épargne. Il est encore plus important d’avoir des objectifs financiers communs. Ça vous permet de savoir exactement où vous allez, mais surtout de vous tracer une feuille de route réaliste et actionnable.

Je vous recommande vivement cette vidéo de Patricia Bright dans laquelle son mari et elle parlent de la manière dont ils gèrent leurs finances en tant que couple. Ils y partagent des astuces vraiment très intéressantes et j’aime beaucoup leur dynamique et leur méthode de planification des dépenses du ménage.


PS : peu de gens le savent, mais il est possible de surligner des passages des articles, comme c’est le cas sur Medium. Ce serait bien d’utiliser cette fonctionnalité pour que je sache quelles sont les parties du texte qui ont retenu votre attention. Et puis, il faut bien que mon argent serve à quelque chose puisque j’ai payé pour cette fonctionnalité !


Digressions n’a aucun compte sur les réseaux sociaux, une situation qui n’est pas près de changer. Pour vous tenir informés des activités ici, abonnez-vous au blog, tout simplement. 

Je suis disponible par mail à l’adresse mesdigressions@gmail.com et sur Instagram à @c_befoune.

Retrouvez-moi également sur mon podcast Les Papotages de C. et rejoignez ma classe virtuelle  My Little Monde.

You may also like

3 commentaires

Menadus mai 7, 2020 - 12:53

Hi @Befoune,

Lu avec délectation.
Il y’a eu une (belle) époque où je planifiais/ traquais / traçais la moindre dépense. Puis… Bref.

Ta discipline est remarquable. J’ai bien apprécié la catégorie « Remboursements ».
Tes méthodes et astuces, en ce qui me concerne, sont très intéressantes, et peuvent m’être très très très utiles.
Je vais parcourir les autres contenus mentionnés dans ton article.
M E R C I!

Reply
wilfried8 mai 7, 2020 - 1:03

tous les moiJuste pour signaler une erreur de frappe au niveau du mot  » Mois ». Je crois qu’il y a un  » S » qui manque.

Reply
C. Befoune mai 13, 2020 - 12:36

Merci Wilfried, je corrigerai !

Reply

Commentaire

Des cookies sont servis mais ils ne sont pas à manger ! J'espère que ça ne pose pas de problème... Accept Read More

Add Comment
Loading...

Cancel
Viewing Highlight
Loading...
Highlight
Close