Relations amoureuses : ce que j’ai appris entre 20 et 30 ans

par C. Befoune
44 commentaires
comment choisir son conjoint
26 minutes

La révolution est en marche : Befoune parle de relations amoureuses ! 

Je déroge à une règle de base sur ce blog : on ne parle pas amour, foi ou famille.

Pourtant aujourd’hui j’ai envie de graver dans la pierre les leçons apprises durant mon parcours du combattant, c’est-à-dire entre 20 et 30 ans. Je ne suis pas une as des relations amoureuses et je pense qu’il est très risqué de donner des conseils dans ce domaine, raison pour laquelle je la ferme généralement. Comme ma mère le dit souvent, le cœur n’est pas le foie.

Mais ne digressons pas (du moins, pas encore !).

Je raconterai certainement dans ce texte des histoires privées, mais étant donné que c’est l’usage sur ce blog, personne ne sera étonné ou outré. Rien n’est prévu, donc ça ira certainement dans tous les sens. Pour que vous ne vous ennuyiez pas trop durant la lecture, je la diviserai en parties. Lesquelles ? Je ne sais pas. Je vous l’ai dit, rien n’est prévu.


Très franchement je ne suis pas la personne dont l’expérience amoureuse est très reluisante. Je suis allée de désastre en désastre. J’ai choisi de parler de cet  intervalle de temps parce qu’autant je me suis ramassée à la petite cuiller, autant j’ai appris. J’ai emmagasiné des leçons au point de décider à un moment de m’offrir des années sabbatiques (4 pour être précise), histoire de me remettre de mes émotions.

J’ai assez tourné autour du pot : allons-y !

 

1- Toujours croire en ce qu’un mec dit de lui au tout début de la relation.

Le rêve qui se cristallise autour de la croyance selon laquelle « Je suis la bonne, il changera avec le temps, je l’emmènerai à changer » n’est rien d’autre que de la merde. Les mecs, qu’ils aient 20 ou 30 ans, savent exactement pourquoi ils vont vers une meuf. Ils savent exactement ce qu’ils recherchent dès le jour 1. Qu’ils le disent par des mots ou par des actes, ils trouvent toujours le moyen de faire passer leur message.

Je me suis retrouvée dans une relation tordue pendant 5 ans (ou plus ?) au point d’en ressortir traumatisée (oui oui, un mec m’a traumatisée, et pas qu’un seul !) parce que je me suis dit dès le départ que j’arriverai à faire changer le gars. J’avais 20 ans et je voulais vraiment y croire. Pourtant dès le départ, avant que les hostilités ne soient lancées, il m’a dit très clairement (tant par ses mots et ses actes) qu’il sait être beau et il en profite. 

J’ai tout fait mes amis. Tout. J’étais présente, à l’écoute, disponible, ne m’énervant jamais pour ne pas le fâcher… mais… quand l’heure de voir ailleurs sonnait, il allait voir ailleurs. Oui Oui. Au calme. Sans pression.

Durant toutes les années où cette folie a duré, le comportement de ce monsieur n’a jamais changé. Pas une fois. Il s’est tenu à ses dires et à son comportement de départ. J’étais reine quand j’étais dans les parages, mais j’étais vite oubliée une fois le dos tourné. J’ai été une parmi tant d’autres, au point où aujourd’hui je ne sais si nous avons vraiment été ensemble ou si je me suis fait un film auquel je voulais croire. Je pense que la seconde option est celle qui s’applique ici.

 

2- Le ton de la relation est donné dès le premier jour.

Très souvent, on se dit que pour sécuriser un mec on acceptera ses caprices les premiers mois, puis on le mettra sur le droit chemin. J’ai fait ça. Ça ne marche pas. Jamais. Jamais jamais. Tout ce qui est offert le premier jour est pris pour acquis le deuxième, et ainsi de suite. 

J’ai remarqué que lorsque je me laissais marcher dessus au départ, le mec semblait désorienté quand je remettais les points sur les i, c’est-à-dire une fois que je l’estimais sécurisé. Le plus beau est qu’il se barrait tout simplement parce que ce que je lui offrais au départ est ce pourquoi il avait signé. Il était hors de question pour lui d’être avec une meuf différente après quelques mois.

Avec du recul aujourd’hui je réalise que cette stratégie était vraiment conne. L’impossible était demandé au mec. Je n’aurais pas aimé me mettre avec une personne charmante, attentionnée, limite passive, apprécier cette relation parce qu’elle m’offrait une paix qui me permettait de vaquer à d’autres occupations, puis me retrouver du jour au lendemain en face d’une personne exigeante et rigoureuse. Ce n’est plus la même relation. J’étais bien avec ce que j’avais et je ne veux pas ce qu’on m’offre aujourd’hui sans aucune transition. Alors oui, comme ce mec, je me serais barrée moi aussi !

 

3- Si une infidélité est pardonnée, toutes les autres doivent l’être aussi.

Cette partie est très délicate. Je vous prie de tenir compte du fait que je ne parle ici que de mon expérience personnelle.

J’ai été une personne trompée. Plus d’une fois. Parfois par le même mec. Oui, ça m’est arrivé.

Tout se joue au niveau de la première infidélité. Si elle est pardonnée, quel que soit le volume du scandale fait, alors le mec comprendra que ce n’est pas si grave. La seule chose qu’il fera l’effort d’éviter c’est un nouveau scandale : soit il saura mieux se cacher, soit il saura mieux se défendre. Ça ne va pas plus loin que ça.

Je ne me souviens plus de la première infidélité que j’ai pardonnée dans cette relation traumatisante dont j’ai parlé au départ. Tout ce que je sais est que je n’ai pas fait de scandale, car je déteste les scandales, les cris et tout ce qui va avec. J’ai toujours été très posée dans ces cas-là. Le mec doit l’avoir pris pour un assentiment parce que ça ne s’est jamais arrêté. De mon côté j’ai cru qu’il comprendrait suite à la douleur exprimée les dégâts faits et qu’il se reprendrait. Ça n’a pas été le cas, mais nous y reviendrons.

Je lui ai trouvé toutes les excuses possibles. Il est jeune. Il ne sait pas exactement ce qu’il fait. Il a besoin de vivre des folies pour se poser plus tard. Trop de meufs lui courent après. Il s’assagira. Tout ira bien, ce n’est que passager. Jusqu’au dernier jour j’ai été trompée, et chaque fois qu’il revenait vers moi après une énième rupture, il avait 2 ou 3 autres dossiers au chaud, ce que je n’apprenais que plus tard. Étais-je surprise ? Non en vérité. Je m’y étais en quelque sorte habituée au final.

Je vous l’ai dit, il faut toujours croire ce qui est dit ou fait dès les premiers jours parce que ça ne changera jamais.

 

4- Il faut éviter de croire savoir mieux que l’autre ce dont il a besoin

Je viens de vous parler des excuses que je trouvais à l’autre chaque fois qu’il me faisait du mal. J’ai compris avec l’âge et l’expérience qu’il savait exactement ce qu’il faisait ou ce qu’il voulait. A ses propres yeux son comportement n’était pas à excuser. Il vivait sa vie, tout simplement.

J’ai appris à cesser de penser pour les autres et à accepter qu’ils sont maîtres de leurs actions en tout temps. J’ai également appris que personne ne lira en moi pour m’offrir ce dont je pense avoir besoin. Je vous l’ai dit dans le point précédent, je pensais à tort que la simple expression de ma douleur ferait comprendre à la personne en face que son attitude était pénible pour moi.

On comprend ce qu’on dit, pas ce qu’on croit nous montrer, car chaque message non verbal est décrypté selon les sensibilités. Ces mecs qui m’ont trompée n’ont jamais entendu la moindre plainte de ma part, du moins pas comme il le fallait, alors ils ont conclu que même si ça faisait mal, ils avaient en quelque sorte mon aval.

Ils n’ont pas su ce dont j’avais besoin, tout comme malgré toutes les excuses que je pouvais trouver, je ne savais pas que ce dont ils avaient besoin au final c’était d’une espèce de harem pour se valoriser, tout simplement.

Penser pour les autres et espérer qu’ils feront pareil pour nous est pure idiotie. Il est préférable de parler clairement, et surtout d’accepter sans se mentir ce que nous dit ou fait comprendre l’autre de lui-même.

 

5- Les amis de mon mec ne sont pas mes amis. La famille de mon mec n’est pas ma famille.

Vous savez, ce rêve qu’on avait plus jeune de fusionner notre groupe d’amis avec celui de notre mec, de nous sentir chez nous quand on va chez lui et tout ce qui va avec ? Je l’ai rêvé moi aussi. A mes dépends.

Pour bien expliquer cette partie je vais y aller à l’envers. Vous êtes prêts ?

Quelle qu’ait été l’époque à laquelle j’ai vécu, mes groupes d’amis ont toujours été des groupes soudés, des die hard comme on dirait en anglais. Quand j’étais plus jeune j’étais prête à mentir pour mes copines, ou même à m’exposer moi pour les sortir d’une situation fâcheuse. Parfois quand leurs mecs (avec qui je m’entendais très bien) venaient vers mois avec des plaintes, je les écoutais religieusement, les rassurait du fait que mes copines n’étaient pas des briseuses de cœur, je leur disais qu’ils pouvaient avoir toute confiance. Même si je savais l’amie pas très fiable.

Le plus beau était le moment du débriefing. Je rapportais tout à ma copine pas dans la logique de lui demander de se comporter différemment, mais plutôt en mode kongossa. Et on se marrait à en pleurer ! Et si jamais la relation avec le mec se terminait, je l’effaçais de ma vie. Il n’était pas mon ami à proprement parler, il était le mec de ma copine. C’est tout.

 Le plus bête est que dans mes jeunes années je n’ai jamais pris le temps de mener cette réflexion à sens inverse. Je dois avouer que je n’avais pas la maturité pour le faire non  plus. Je me laissais prendre au piège des amis supposés être bienveillants, je les croyais quand ils me disaient être prêts à se jeter sous un bus plutôt que de laisser leur ami me faire du mal. 

Cette époque est révolue.

Tout ce que j’ai dit vaut pour la famille également. 

 

6- Une relation se vit à 2.

J’ai parlé précédemment de la famille et des amis du camp d’en face. J’aimerai à présent parler de ceux dans mon camp.

Quand j’étais plus jeune, nous nous faisions un devoir de nous tenir informées de l’évolution des relations amoureuses de nos amies, au point de nous sentir froissées lorsqu’un détail était omis. Nous discutions ensemble des problèmes rencontrés et chacune y allait de ses conseils (très peu avisés, il faut l’avouer).

En réalité nous nous faisions plus de mal que de bien. Parfois la décision unanime était « Il faut le quitter, ce n’est pas un bon gars », sans tenir compte de ce que le couple vivait réellement dans son intimité. Je dis réellement parce qu’une intimité ne peut pas toujours se partager avec des mots. Lorsque l’amie ne nous écoutait pas alors que nous savions toutes que le mec lui avait fait du mal, on adoptait un comportement froid envers le mec, ce qui blessait encore plus notre amie. Je l’ai moi aussi vécu, donc je sais de quoi je parle.

Lorsque vous parlez de votre mec, attendez-vous à ce qu’il soit jugé. De la même manière, ne vous attendez pas à ce que les événements que vous pardonnez vous soient pardonnés par  l’entourage. Ce fait peut entraîner des situations très, très désagréables pour vous.

J’ai pris le temps d’observer un phénomène : le dialogue dans le couple. Très souvent, lorsque l’un des 2 partenaires rencontre une difficulté dans sa relation, il se tourne vers ses amis. Ils en discutent tous ensemble et le partenaire (femme ou homme) rentre chez lui la tête pleine de conclusions avec un plan d’action qu’il applique. Le fait d’avoir parlé de son problème le soulage et il pense que tout ira bien. Sauf que le plan d’action à dérouler n’implique pas l’autre partie. Il n’est question que d’un partenaire, de ce qu’il pense et de ce que pensent ses amis. L’autre ne fait pas partie de l’équation et souffrira des conséquences. Si les 2 agissent de la même manière, leur relation ne sera que conclusions basées sur des spéculations venues d’ailleurs.

Aujourd’hui mon approche est totalement différente. 

Je suis la seule à savoir ce que je veux vraiment et quelles sont les véritables raisons pour lesquelles je suis avec telle ou telle personne. Dévoiler sa vie en pensant parler de notre vie c’est exposer l’autre inutilement. Je ne sais jamais vraiment sous quel prisme ce que je dis est analysé, alors je ne dis rien. Si j’ai un différend avec mon mec, je ne me tourne pas vers une copine, je me tourne vers lui. Je ne suis pas relation avec ma copine, mais avec lui.

Je ne parle pas de mes relations avec mes amies et je ne pose pas de questions sur les leurs. Ça c’était avant. Aujourd’hui j’ai des amies super proches dont je ne connais absolument pas le statut amoureux et ça ne me pose aucun problème. Il n’y a que 3 personnes vers qui je me tourne quand j’ai vraiment besoin d’être giflée, et je ne le fais qu’après avoir discuté longuement avec la personne avec qui je suis. Personne de l’extérieur n’a le droit d’avoir plus d’informations que lui sur ce que je pense de lui, de nous ou de ce qu’on vit. 

De la même manière, je reste disponible pour mes amies sans jamais chercher à entrer dans les détails quand elles viennent vers moi. Je les écoute, je les console, mais je ne donne plus de conseils tranchés. Je suis de ceux qui pensent que chacun sait au fond de lui ce qu’il veut. Venir vers moi ne veut pas dire me passer le volant. Ça peut venir d’une envie de discuter pour s’éclaircir les idées. Je ne fais jamais de follow up après une telle discussion. Ce n’est pas Keep Up With My Friend’s Love Life. Le besoin était ponctuel. Une fois qu’il est passé on passe à autre chose. Je n’attends pas qu’on fasse de même avec moi. Je l’exige. Tout simplement.

Une relation ne peut se vivre à plusieurs car à la fin de la journée vous êtes 2 dans la maison. Seuls ces 2 là comptent.

 

7- Avoir peur que l’autre s’en aille c’est courir vers sa propre perte.

Tour sentiment de peur dans une relation mène à des actions regrettables et irrationnelles. J’ai accepté l’inacceptable, j’ai pardonné l’impardonnable et j’ai vécu l’invivable parce que j’avais peur que l’autre s’en aille. 

Je vous l’ai déjà dit, j’avais un sérieux complexe d’infériorité plus jeune, alors je considérais parfois le fait d’avoir été celle choisie comme une opportunité à ne pas laisser passer. J’ai fait des choses regrettables, ce qui n’a fait qu’aggraver mon complexe d’infériorité.

Je me souviens à l’époque, j’avais un mec qui me trompait avec un type spécifique de meuf : maquillée à outrance, faux cheveux jusque dans le bas du dos, faux ongles, faux cils, tenues osées. C’était généralement des meufs connues parce qu’elles appartenaient à des cercles de fêtards. J’étais leur total opposé. Je ne me maquillais pas, j’ai toujours eu horreur de tout ce qui est faux, et je ne sortais que rarement.

J’ai réussi par je ne sais quelle gymnastique psychologique à  me dire que s’il préférait ce genre de personnes, alors elles étaient ce qu’il y avait de mieux, ce vers quoi il fallait tendre. Je me trouvais affreuse. Je n’étais pas assez… comme elles. Alors à un moment j’ai essayé de l’être. Je me suis affublée de tous ces faux trucs (sauf les cils par la grâce du Ciel) et je fréquentais des endroits bizarres pour être dans le coup. Sauf que je me sentais encore plus mal parce que je n’étais pas à l’aise, ce qui me faisait me sentir bien plus mal parce que j’avais l’impression de ne pas y arriver, de ne pas arriver à être une meuf… potable.

Des années après j’ai demandé à ce mec pourquoi il avait été avec moi alors que j’étais l’antithèse de ce qu’il semblait désirer. « Tu lisais et ça me fascinait. Je n’avais jamais rencontré une personne qui lit autant, une personne informée sur autant de sujets. Je savais que tu n’avais pas conscience de cette richesse, mais je savais également qu’elle te serait précieuse un jour. »

J’ai failli péter un câble. Et moi qui m’étais fatiguée à me foutre les chevilles en l’air à cause de chaussures à hauts talons que je n’aimais même pas !

Aujourd’hui je ne suis prête à jouer aucun rôle. Je n’en ai ni la force, ni l’envie. Je ne peux être rien de plus que qui je suis dans mon entièreté. La seule chose que je peux promettre c’est de m’efforcer à toujours être une personne meilleure. Si la personne en face a besoin de longs cheveux, ça existe, sauf que ce ne sera pas sur ma tête. Qu’elle aille donc se chercher ailleurs. Je suis prête à la laisser partir pour qu’elle trouve ce qu’elle pense être mieux pour elle.

Mais ça ne s’est pas fait en un jour.

 

8- Je dois me connaitre moi, dans toute ma profondeur, avant d’ouvrir la porte à qui que ce soit.

Je vous l’ai dit plus haut, je me suis accordé 4 années sabbatiques à un moment de ma vie. Je devais avoir 27 ou 28 ans quand j’ai décidé de le faire. J’ai été influencée par la YouTubeuse Shameless Maya qui prônait le célibat pour se retrouver et se concentrer sur l’essentiel, méthode qu’elle a appliqué après son divorce d’un mariage dysfonctionnel. Influencée c’est beaucoup dire. J’avais besoin de réponse aux questions que je me posais et elle me les a données dans des vidéos, mais aussi à travers ses publications sur les réseaux sociaux.

L’écouter elle ainsi que Myleik Teele m’a permis de comprendre une chose simple. Je me définissais à travers le regard de l’autre. Je n’étais une personne bien que lorsque l’autre me disait que je l’étais, et pour qu’il le fasse je me pliais volontairement à chacun de ses caprices. 

Ce que je trouvais curieux était que toutes mes relations semblaient être calquées sur le même modèle. Le mec était différent mais je vivais les mêmes merdes. Dans un de ses podcasts Myleik a dit ceci : on attire que ce dont on a besoin, que ce soit positif ou négatif. J’avais besoin de validation, alors je n’allais que vers des gens qui me la donneraient, sauf que ce type de personne ne vous la donne que lorsque vous êtes un gentil petit toutou.

J’ai remis en question mon attitude face aux relations amoureuses, ce qui m’a poussée à remettre en question ma personne toute entière. La question de base était mais qu’est-ce qui me manque autant pour que je me laisse marcher dessus à ce point ? La réponse était très simple : de la valeur à mes propres yeux. C’est parce que je n’avais aucune valeur à mes propres yeux que je me laissais traiter de la sorte, espérant qu’au bout du tunnel on me dirait tu es une fille bien, je veux être avec toi.

Le travail à abattre était grand. Je ne savais pas combien de temps ça prendrait. Ce que je savais par contre était que je ne pouvais être dans une relation pendant ce processus. Il n’était pas possible de guérir du virus en se l’injectant tous les matins. Il a fallu que je me pose de vraies questions et ça n’a pas été facile. J’étais une véritable serpillière, le point de départ était plus bas que terre.

J’ai dû me prendre en main, apprendre à me donner ce dont j’ai besoin, apprendre à définir mon cadre d’évolution, apprendre à choisir toute seule ce qui est bon ou mauvais pour moi… Le plus difficile a été d’apprendre à définir des limites. Il faut puiser beaucoup de force en soi pour dire son premier Non. Il faut encore plus de force pour le dire fréquemment, jusqu’à ce que ça devienne une habitude. 

J’ai vécu 4 ans sans aucune relation, flirt ou ambiguïté. Rien. Moi face à moi, tout simplement. J’ai pris le temps de lancer le chantier et le terminer. J’ai également pris le temps de faire des choses que j’aime sans me soucier du regard ou de l’assentiment de qui que ce soit. J’ai accompli des choses intéressantes. J’ai surtout appris que personne ne m’aimera plus que je ne peux m’aimer, et l’amour que je me porte est suffisant. Le reste n’est que bonus, et la vérité est qu’on peut vivre sans bonus.

Dans mes relations amoureuses, la porte est à présent toujours ouverte pour que l’autre puisse se barrer une fois que ça ne l’arrange plus. Je ne serai jamais une peste dans une relation amoureuse, mais je ne ferai rien non plus pour retenir qui que ce soit. Je peux ne pas être assez pour l’autre, et si c’est le cas, il doit pouvoir en toute liberté aller chercher mieux. Je ne peux pas être assez pour tout le monde, je ne peux plaire à tous les mecs, tout comme ils ne peuvent tous me plaire. Je l’accepte sans me dire comme avant que je suis indigne de quoi que ce soit.

 

9- Dans une relation amoureuse je ne suis pas concernée par tout.

Je l’ai appris durant les 4 années de pause. Je ne suis pas responsable du bonheur ou du bien-être de l’autre, et il n’est pas responsable du mien. Il définira ce qui le rend heureux, comme je l’ai fait, et je l’accompagnerai sur cette voie tout comme il m’accompagne sur la mienne.

A l’époque je faisais des problèmes des mecs les miens. Je les déchargeais totalement de ce poids, pensant que c’était mon rôle. Ils ne faisaient pas pareil, ce que je comprends aujourd’hui : chacun définit son rôle. Ils ne m’avaient forcée à rien. Je me suis ajoutée des poids par choix, bien que je ne le comprenais pas de cette façon.

Aujourd’hui je sais parfaitement quand je peux (et non dois) intervenir, et quand je ferais mieux de la fermer. Par intervenir je veux dire donner mon avis ou offrir une ouverture si j’en ai une à ma portée. Je ne parle pas de régler les problèmes de l’autre. De la même manière, je ne m’attends pas à ce qu’il règle les miens. Je les ai toujours réglés toute seule de toute façon. Je peux avoir besoin d’éclaircissements, mais je ne considérerais jamais l’autre comme étant impliqué dans mes difficultés ou devant en faire une charge personnelle. Elles sont miennes, je les gère, et j’attends un comportement similaire de l’autre partie.

Etre ensemble pour moi  ne signifie pas ou plus ne faire qu’un. Non. Ça signifie participer au bonheur de l’autre, pas le créer. Ça signifie apprécier la compagnie de l’autre, sans se dire qu’on ne peut vivre sans. Ça signifie n’accepter aucun poids ingérable sur ses épaules, et n’en mettre aucun sur les épaules de l’autre. Ça signifie se respecter, s’apprécier, se parler, être là pour l’autre dans la mesure des besoins et de la place que le partenaire (femme ou homme) nous offre dans sa vie, place qui ne doit pas être source de stress pour nous. Ça signifie également garder à l’esprit que cette personne s’est mise avec nous pour qui nous sommes, et non pour qui elle voudrait qu’on soit ou pour qui on pense qu’elle veut qu’on soit.

 

10- Et donc après 30 ans, où en sommes nous ?

Lorsqu’on me demande quel effet ça me fait d’être avec le papa du petit humain, ma réponse est toujours la même : c’est exactement comme être célibataire.

Ça peut sembler curieux n’est-ce pas ? Pourtant ça ne l’est pas si vous avez lu attentivement ce que j’ai écrit. Une relation ne doit pas être un poids pour moi et je ne dois pas en faire un poids pour l’autre. Tout doit être naturel, et tout l’est lorsque dès le départ et tout au long du cheminement ensemble les vérités sont dites. Le fait de dire exactement ce que je pense et de vivre la même expérience de son côté rend la vie tellement plus facile !

Je ne peux malheureusement m’étendre davantage sur ce que nous vivons, mais je dirai ceci : si nous en sommes là c’est parce que chacun de son côté avait défini clairement ce qu’il voulait et ce qu’il rejetait dans sa vie premièrement, puis dans une relation, et ce avant même que nous ne nous connaissions. Nous n’avons rien eu à définir par rapport à l’autre : soit tu corresponds à ce que je veux, soit tu ne corresponds pas et je continue ma vie en attendant de tomber sur quelqu’un en accord avec ce que j’offre et ce que j’attends.  

Il y a une chose dont je n’ai pas parlé dans l’article, et j’aurais dû : un partenaire ne doit pas être choisi parce que l’entourage le trouvera cool. A la fin de la journée il ne passe pas ses nuits avec ces gens, mais avec moi. De la même manière, personne ne doit m’être imposé parce que son swag est apprécié. Rien à foutre de vos avis. Mes attentes passent avant absolument tout. 

Pour conclure, je vous parlerai d’une vidéo qui m’a fait comprendre beaucoup de choses sur les relations de couple. Il s’agit d’un discours de Louis Farrakhan (mentor de Malcolm X) sur divers sujets, dont le science of mating.  En substance, il dit ceci : on ne se met pas avec une personne parce qu’elle est belle. On se met avec un plan de vie qui correspond au nôtre ou qui enrichit le nôtre. Qu’il s’agisse d’intellect, de finances ou d’enfants, tout doit s’inscrire dans un projet défini par une vision à long terme de la destination qu’on se fixe tant individuellement qu’ensemble. 

En gros ? L’union n’a rien à voir avec le swag. Elle a par contre tout à voir avec un plan de vie bénéfique aux 2 parties et à leurs enfants, et cette façon de voir les choses doit être enseignée à ces derniers afin qu’ils ne se focalisent pas sur des futilités ou qu’ils ne soient pas contraints par des limites personnelles, comme ça a été le cas pour moi pendant des années (complexe d’infériorité et besoin de validation).

Vous me demanderez certainement et l’amour dans tout ceci ? Je vous dirais qu’il est difficile de ne pas aimer un plan qui s’accorde au nôtre si on sait vraiment ce qu’on veut pour soi-même.

La vidéo est disponible ici, exactement à l’endroit qui nous intéresse, raison pour laquelle elle démarre à la 7e minute (sur 10).

 

 

Photo : Burst

PS : peu de gens le savent, mais il est possible de surligner des passages des articles, comme c’est le cas sur Medium. Ce serait bien d’utiliser cette fonctionnalité pour que je sache quelles sont les parties du texte qui ont retenu votre attention. Et puis, il faut bien que mon argent serve à quelque chose puisque j’ai payé pour cette fonctionnalité !


Digressions n’a aucun compte sur les réseaux sociaux, une situation qui n’est pas près de changer. Pour vous tenir informés des activités ici, abonnez-vous au blog, tout simplement. 

Je suis disponible par mail à l’adresse mesdigressions@gmail.com et sur Instagram à @c_befoune.

Highlighter Stats
×
40 total highlights
44 commentaires
24

You may also like

44 commentaires

Avatar
Aurelie Vanessa août 13, 2019 - 8:46

Très bel article. Merci infiniment pour le partage.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 16, 2019 - 9:47

Merci à toi d’avoir pris le temps de lire !

Reply
Avatar
Alix août 14, 2019 - 2:26

“ On se met avec un plan de vie qui correspond au nôtre ou qui enrichit le nôtre. Qu’il s’agisse d’intellect, de finances ou d’enfants, tout doit s’inscrire dans un projet défini par une vision à long terme de la destination quEtre ensemble pour moi ne signifie pas ou plus ne faire qu’on se fixe tant individuellement qu’ensemble. “

-I felt this passage the most-

“Être ensemble pour moi ne signifie pas ou plus ne faire qu’un. Non. Ça signifie participer au bonheur de l’autre, pas le créer.”

-this left me thinking- I gotta process this…like, am not sure unless I take the time to ponder on this, that I will fully grasp the true meaning of this thought….ai need to process.

Je me suis aussi reconnue dans quelque linges et ceci a fait ressurgir des moments de ma vie qui ne s’oublierons jamais.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 16, 2019 - 9:47

N’oublie surtout pas de partager le fruit de ta réflexion après.

Reply
Avatar
Fridely Visitandine août 21, 2019 - 12:40

Article bien écrit, je me suis retrouvée dans quelques parties. Tu as fait un grand travail sur toi et j’en suis ravie car ce n’est jamais facile de se remettre en question, de travailler sur ses manquements.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 23, 2019 - 9:59

Merci Fridely !

Reply
Avatar
Neo août 15, 2019 - 6:29

Tres bien écrit.

ça se voit que tu en as fait du chemin! Cette profonde capacité de remise en question que tu as es ta plus belle richesse. 😉

Je me plais souvent à le dire : Aimer quelqu’un, c’est lui donner de l’importance à ses propres yeux, l’aider à croire en elle même. le plus beau geste d’amour qu’on puisse avoir envers une personne, c,est de le lui rapeller sans cesse que personne d’autre ne l’aimera jamais comme elle même. le plus dur souvent c’est de rencontrer des gens qui sont au même niveau de développement personnel. car très souvent, il y en a un qui s’aime suffisamment et vis sa vie, et l’autre qui ne ne s’aime pas suffisament et se tourmente a vouloir désespérément l’amour de l’autre.
Je me suis reconnu dans ton ex qui t’aimait pour ton intellect, et aimait les autres pour leur superficialité. lol. Comme toi, j’ai connu des relations qui ont été désastreuses parce que je m’aimais et aimais l’autre comme elle était, mais elle ne comprenais pas pourquoi j,aimais aussi d’autres personnes qui ne lui ressemblaient pas. Du coup ses efforts désespérés et vains de ressembler aux autres pour plaire ne faisaient que produire le résultat inverse… Cette disgression m’emmène à la question délicate de l’infidélité. Tromper ou être trompé ne sont pas des situations agréables, mais plus on est avancé dans son devellopement personnel, plus on comprends les motivations sous-jacentes de ses propres actes et ceux des autres, et plus on les accepte aussi.

je pense au final que s’aimer, c’est être libre ensemble. Vouloir vivre a travers le regard de l’autre est un pure folie. C,est une prison dont on n’en sort pas indemne.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 16, 2019 - 9:42

 » plus on est avancé dans son developement personnel, plus on comprends les motivations sous-jacentes de ses propres actes et ceux des autres, et plus on les accepte aussi. »

J’ai une question à ce niveau : accepter signifie passer dessus ?

Reply
Avatar
Neo août 16, 2019 - 3:25

OUi. Accepter signifie Etre détaché. ne pas s’accrocher a ce qui crée et nourrit en nous des sentiments négatifs.

Les deux articles ci dessous illustrent à merveille cette philosophie.

https://immigrechoisi.com/je-suis-amoureux/6207/

https://immigrechoisi.com/amour-et-attachement-enseignement-du-dalai-lama/7698/

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 10:05

Merci beaucoup pour les ressources Neo. Merci infiniment.

Reply
Avatar
Jena août 16, 2019 - 6:27

Je me suis reconnue dans tes écrits, on ne peut pas faire mieux que ce tu as écrits. Congratulations et bonne continuation

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 16, 2019 - 9:36

Merci de tout coeur Jena !

Reply
Avatar
Fopa août 16, 2019 - 6:39

C’est toujours un plaisir de te lire. J’ai l’impression de t’avoir juste en face de toi et de partager tes émotions.
Question tout de même: qu’est ce qu’on fait si l’on découvre l’infidélité d’un homme la première fois? Parce que tout comme toi, je préfère le calme à la brutalité

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 10:04

Fopa ça là on va en parler toi et moi face à face, autour d’un verre. Ca fait un bout que je ne t’ai pas vue.

Reply
Avatar
Miss K août 17, 2019 - 12:43

Simplement Merci ❤

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 10:03

Merci à toi d’avoir pris le temps de lire Miss K

Reply
Avatar
Innaya août 17, 2019 - 9:10

Woooow ! Je me reconnais de ouf dans certaines parties . Ça me fait réfléchir et je me dis qu’il est temps que je prennes certains trucs en main .

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:59

Nous sommes nombreux, Innaya. Nous sommes nombreux.

Reply
Avatar
Mel Dibson août 17, 2019 - 9:46

Tu vas encore crier dans mon inbox.
J’ai fait pratiquement le même parcours en terme de réflexion que toi quoique j’étais un cas moi-même (story for another day) mais ces leçons sont aussi miennes.
Je me rends compte que plusieurs dames aujourd’hui disent n’avoir jamais eu confiance en elles plus jeunes et tout… finalement on était A BOOCOU hein, quelles sont celles-là qui avaient confiance en elle au collège et à l’université? c’est quand même fou tout çà…. ceci nous renvoie au cocon familial, ce qu’on y apprend et ce qu’on y reçoit…

Merci Dieu pour l’éveil. Je prie pour que beaucoup aient le courage de faire ce travail d’introspection car çà nous éviterait certains tweets lol.

Aujourd’hui quand je rencontre quelqu’un, je prends mon temps pour tout (genre un bon 8 mois même) et tu sais que nos chefs bandits sont très impatients. J’ai une liste d’attributs que je recherche chez un homme. et y a longtemps j’ai capté qu’une relation amoureuse, c’est un business, un partenariat et dedans là, c’est gagnant-gagnant. Faut parfois mettre les gros grands sentiments de côté pour bien voir l’avenir.

« Elle a par contre tout à voir avec un plan de vie bénéfique aux 2 parties et à leurs enfants, et cette façon de voir les choses doit être enseignée à ces derniers »

« on ne se met pas avec une personne parce qu’elle est belle. On se met avec un plan de vie qui correspond au nôtre ou qui enrichit le nôtre. Qu’il s’agisse d’intellect, de finances ou d’enfants, tout doit s’inscrire dans un projet défini par une vision à long terme de la destination qu’on se fixe tant individuellement qu’ensemble.  »

« Etre ensemble pour moi ne signifie pas ou plus ne faire qu’un. Non. Ça signifie participer au bonheur de l’autre, pas le créer. Ça signifie apprécier la compagnie de l’autre, sans se dire qu’on ne peut vivre sans. Ça signifie n’accepter aucun poids ingérable sur ses épaules, et n’en mettre aucun sur les épaules de l’autre. Ça signifie se respecter, s’apprécier, se parler, être là pour l’autre dans la mesure des besoins et de la place que le partenaire (femme ou homme) nous offre dans sa vie, place qui ne doit pas être source de stress pour nous. Ça signifie également garder à l’esprit que cette personne s’est mise avec nous pour qui nous sommes, et non pour qui elle voudrait qu’on soit ou pour qui on pense qu’elle veut qu’on so »

« il faut toujours croire ce qui est dit ou fait dès les premiers jours parce que ça ne changera jamais. »

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:59

Je suis née pour te fatiguer inbox, Mel ! C’est ton destin !

« Merci Dieu pour l’éveil. Je prie pour que beaucoup aient le courage de faire ce travail d’introspection car çà nous éviterait certains tweets lol. »

A propos de l’introspection je me demande parfois si peu se lancent parce que la majorité a peur ou parce qu’elle ne sait pas qu’il est possible de se questionner profondément. J’espère trouver la réponse un de ces jours.

Je suis totalement d’accord quand tu parles d’attendre longtemps avant de se lancer avec quelqu’un. Le « infatuation » du début se transforme parfois très vite en quelque chose de négatif quand on ne prend pas la peine de le disséquer, et parfois même de le laisser mourir pour renaître sous une autre forme.

Reply
Avatar
Patrick août 18, 2019 - 11:07

Je comprends mieux certaines choses maintenant.
Certaines interrogations trouvent une lueur de réponse.
Merci bien.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:55

Je suis contente d’avoir été utile, Patrick.

Reply
Avatar
Jeanne D'Arc août 18, 2019 - 12:00

J’en suis grosso modo arrivée aux meme conclusions dans la meme decennie (1 peu plus quand meme 🤣.. 1e Grosse piqure de rappel violente est passée par la).
En plein Sabat d’ailleurs.
Le secret? Le Plan de vie.
Bon vent à toi avec le petit humain et accessoirement avec son pere

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:53

Le plan de vie.
Le plan de vie.
Le plan de vie.
Si seulement nous pouvions tous l’écrire en majuscule, Jeanne D’arc !

Reply
Avatar
Éléonore août 18, 2019 - 12:04

Très bien écrit. Les années sabbatiques ont vraiment servi et je pense qu’on soit tous passer par cette periode: apprendre à s’aimer pour ce qu’on est. L’autre nous complète et participe à notre bonheur. Nos choix ne plaisent pas forcément aux amis ou à la famille mais on s’en 😜.
Merci pour le texte et les recommandations.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:52

J’adore la signification du smiley, Eleonore ! MDRRR !

Reply
Avatar
Agbo août 18, 2019 - 1:52

Merci beaucoup pour ces écrits et ces avis sur les relations que je partage entièrement. Ça fait du bien de savoir qu’on n’est pas seule à avoir cet type d’avis personnel. Moi je suis célibataire aujourd’hui pour me retrouver et le chemin est encore long. Cet article me conforte dans l’idée que je suis sur la bonne voie. Merci encore une fois.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:52

Agbo, comme je le dis souvent, le chemin cesse d’être long une fois qu’on a pris la décision de se lancer. Tu as identifié le problème et tu as enclenché le processus de résolution. Tout ira bien, j’en suis certaine.

Reply
Avatar
Lydwine août 18, 2019 - 3:18

Trés belle article

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:50

Merci Lydwyne !

Reply
Avatar
Guy Koumba août 18, 2019 - 9:03

Ça s’éloigne un peu de la célèbre assertion biblique, «les deux ne seront qu’un». Mais la réflexion est assez logique et très cohérente. On dirait un mode d’emploi d’une bonne relation. N’empêche qu’il fut un temps où les relations n’étaient pas basées sur toutes ces logiques scientifiques et ces calculs psychologiques et pourtant ça marchait. Mais comme on dit il faut vivre avec son temps. Au regard actuel des choses , il faut vraiment accompagner les sentiments avec la raisons. Et ça ne fait que parfaire la relation.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 19, 2019 - 9:50

Je pense que le changement vient du fait que nous avons plus conscience de nous-mêmes et de nos envies/besoins aujourd’hui. Ce changement fait en sorte que nous ne nous plions plus forcément à ce qui était sans réfléchir ou sans nous demander si ca nous arrange vraiment. Et je suis absolument d’accord, il est préférable d’inclure la raison dans toutes ces histoires d’amour.

Reply
Avatar
Narcisse août 19, 2019 - 2:34

Très bel article. Assez instructif
Au début ça me paraissait plus adressé aux femmes mais j’avais tout faux. Aussi bien les hommes ont beaucoup à en tirer. Je le partagerai.
Merci pour tout cet enseignement…

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 23, 2019 - 10:01

C’est à moi de te remercier Narcisse, pour avoir pris le temps de tout lire.

Reply
Avatar
Fadilath août 19, 2019 - 9:09

Ta conclusion est juste magnifique, parfaite. Et tu écris divinement bien.

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 23, 2019 - 10:00

Merci de tout coeur Fadilath !

Reply
Avatar
Carine Marcelle août 22, 2019 - 6:47

c’est exactement comme être célibataire.hahahahahahahaha

Reply
Avatar
Carine Marcelle août 22, 2019 - 6:50

chacun de son côté avait défini clairement ce qu’il voulait et ce qu’il rejetait dans sa vie j’appelle cela la maturité dans tout ses sens

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 23, 2019 - 9:55

A un moment il en faut pour s’en sortir en ce bas monde…

Reply
Avatar
Carine Marcelle août 22, 2019 - 6:54

Je vous dirais qu’il est difficile de ne pas aimer un plan qui s’accorde au nôtre si on sait vraiment ce qu’on veut pour soi-même.l’homme ou la femme de sa destinée

Reply
Avatar
Carine Marcelle août 22, 2019 - 7:07

Très bel article.
Je me suis reconnue dans pas mal de point, le 7ème a failli m’emmener six pieds sous terre à mes 25 ans. J’en ris aujourd’hui mais j’étais a deux doigts de la dépression, encore que je ne sais même pas si j’avais franchi la ligne ou pas, le réveil et la reconstruction ont pris du temps mais grâce à Dieu j’ai pu sortir la tête de l’eau .
Je vais recommander cet article à mes élèves de première cette année. Bonne continuation Befoune!!

Reply
C. Befoune
C. Befoune août 23, 2019 - 9:54

Je suis touchée plus que mes mots ne peuvent le dire Carine ! Merci à toi de trouver assez de matière dans mes textes pour les exploiter. Merci encore !

Reply
Avatar
Yvie septembre 12, 2019 - 5:38

Ils n’ont pas su ce dont j’avais besoinCa c est tout moi avec mon ex…et avec du recul je le comprends vu que je ne savais et ne sais toujours pas parfaitement ce dont j ai besoin

Reply
C. Befoune
C. Befoune septembre 18, 2019 - 10:56

Le recul… il n’y a que ça de vrai dans la vie !

Reply

Commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Add Comment
Avatar
Loading...

Cancel
Viewing Highlight
Loading...
Highlight
Close
Login

Abonnez-vous ou connectez-vous !
Forgot password?
New to site? Create an Account
×
Signup

Abonnez-vous ou connectez-vous !
Already have an account? Login
×
Forgot Password

×