Liste de lecture 2022

15 minutes

Ça fait un bout que je n’ai pas parlé de livres sur ce blog…

En réalité ça fait un bout que j’ai parlé de quoi que ce soit sur ce blog, alors pour relancer la machine je reviens à mes premières amours, les livres. Le titre peut être trompeur : il ne s’agit pas de ma liste de lecture pour l’année 2022 étant donné que je n’ai absolument aucune idée de ce que je lirai cette année, mais plutôt de livres que j’ai lu et que je recommande à ceux qui souhaiteraient enrichir leur liste de lecture cette année.

Depuis l’année dernière (2021) je définis un challenge sur l’application Goodreads dont je vous ai parlé ad nauseam sur Instagram et qui est à la fois une banque de résumés et de revues de livres, et un réseau social pour férus de lecture. Mon challenge est de lire 20 livres sur l’année. Je suis allée bien au-delà en 2021, mais l’idée est de définir des objectifs réalistes selon mes occupations et activités (parentalité et travail surtout). Cette année par exemple j’en suis déjà à la lecture du troisième livre que j’aurais certainement terminé lorsque vous lirez cet article. Il m’en restera 17 à terminer pour exploser mon challenge personnel.

Pour cette année donc je recommanderai une liste de 15 livres (restons réalistes) dans laquelle vous pourrez piocher à l’envi. Je ne les classerai ni par thème, ni par niveau d’appréciation, et certaines des lectures seront vieilles de plusieurs années. Le seul critère d’intérêt pour moi est qu’à mon avis le livre mérite d’être lu.


1- L’arbre aux secrets de Santa Montefiore

Contre absolument toute attente si vous me lisez et m’écoutez depuis un moment déjà, le premier livre que je recommande pour l’année 2022 est une histoire d’amour. Je l’ai lue quand j’étais au collège et j’ai adoré. Au fil du temps l’histoire à mes yeux prend plus de valeur, bien que je n’aie jamais relu le livre.

L’arbre aux secrets est une histoire d’amour entre 2 personnes absolument faites pour être ensemble, Santiago et Sofia. Ils se connaissent depuis leur plus jeune âge et sont inséparables. Les parents considèrent la relation comme un amour d’enfance jusqu’au moment où ils se rendent compte que les enfants ne sont plus aussi jeunes que ça et s’aiment plus que de raison. Il faut absolument les séparer, parce qu’ils sont cousins germains. Leur amour est interdit.

Je considère cette histoire aujourd’hui avec un regard de parent. Comment est-ce que je réagirais si Bébé Caramel et un cousin/une cousine tombaient follement amoureux/ses ? La réponse est je ne sais pas, ce qui rend ce livre encore plus actuel pour moi malgré son année de sortie (2001).

2- Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley

Je ne pense pas que mes mots puissent faire justice à ce livre, ou qu’ils puissent même seulement dire à quel point je recommande ce livre. Le meilleur des mondes est paru 1932. L’auteur a à l’origine créé un monde dystopique, imaginant le pire qui pourrait arriver à l’espèce humaine en termes d’évolution, de pratiques et de mœurs. Les atrocités vont de la sexualisation des enfants à la promotion de l’endormissement de l’esprit pour éviter de faire face à toute réalité « choquante », qu’elle soit personnelle, sociale ou politique. L’abêtissement des populations pour un contrôle absolu de leurs aspirations est marquant.

Je relirai ce livre cette année. Nous nageons en plein dans la dystopie créée par Huxley. Il est étonnant de réaliser que notre réalité actuelle est la pire version de l’humanité qu’aurait imaginé un esprit hautement éclairé de l’époque de l’auteur.

3- Who Moved My Cheese? de Spencer Johnson

C’est l’histoire de 2 souris. Oui je sais, ça semble tiré par les cheveux dès le départ, but hear me out. Les 2 souris vivent dans un labyrinthe dans lequel elles doivent courir tous les jours à la recherche de fromage pour se nourrir. Un jour elles tombent sur un tunnel plein de fromage et estiment qu’elles n’auront plus jamais à chercher de fromage de leur vie.

Les souris se gavent, prennent du poids et perdent peu à peu leur aptitude à chercher du fromage. Un matin tout le fromage dans le tunnel disparait. Les 2 souris font donc face à un terrible dilemme : attendre que le fromage réapparaisse (plus facile, plus simple et moins risqué), ou enfiler leurs baskets une fois de plus et recommencer à chercher du fromage, comme avant que la manne ne leur tombe du ciel (plus chiant, plus fatigant, plus risqué et nettement plus difficile).

Who Moved My Cheese est le livre par excellence qui me sort de mes doutes lorsque je ne sais quel chemin emprunter. Je l’ai lu de nombreuses fois et je le relirai encore. Il ne compte que 96 pages, mais est plein d’enseignements de vie. Que considère-t-on comme acquis et quelle est notre attitude face à la perte de ces acquis ?

4- Sapiens: A Brief History of Humankind, de Yuval Noah Harari

Ne vous ai-je pas assez saoulé avec ce livre ? Qu’ai-je encore à ajouter, à part peut-être que c’est le meilleur livre paru au cours du premier siècle des années 2000 ? Qu’y a-t-il encore à dire ? Vraiment je ne vois pas…

Sapiens est le livre par excellence si on s’intéresse un tant soit peu à l’humain, à ses croyances, à ses peurs, à son système de pensée et aux mécanismes en place aujourd’hui pour la vie en société, qu’elle soit sociale, politique ou économique. L’auteur est un éminent historien qui retrace en des termes simples pour le commun des mortels l’histoire de l’humanité, et qui explique clairement pourquoi nous en sommes où nous en sommes aujourd’hui.

Permettez que je m’arrête là. Je ne m’autorise pas à décrire ce livre plus en profondeur étant son caractère sacré à mes yeux. Lisez-le.

5- The Chain de Adrian McKinty

Ce livre a été sacré l’un des meilleurs thrillers de l’année 2020. Si vous connaissez mon amour pour la littérature « noire », alors vous savez qu’il me fallait absolument le lire ! Voici l’histoire en quelques mots : un enfant est kidnappé, puis sa maman est appelée par le kidnappeur qui lui dit de kidnapper un enfant à son tour. Pour que son enfant soit libéré le parent de l’enfant kidnappé doit s’assurer que le parent de l’enfant qu’il a kidnappé en kidnappe un autre, et ainsi de suite (une chaine, d’où le titre du livre).

Aussi noire qu’elle soit, l’histoire n’est pas la raison pour laquelle je recommande ce livre. J’ai été captivée par le fait de voir une personne parfaitement honnête et sans histoire se transformer en criminel en un claquement de doigts. Son utilisation des réseaux sociaux pour retracer le quotidien de quelqu’un et savoir quand lui faire du mal (en l’occurrence enlever son enfant) est la raison fondamentale pour laquelle je parle de ce livre. Une fois que vous l’aurez lu, évaluez à quel point votre activité sur les réseaux sociaux vous rend vulnérables aux malfaiteurs, puis partagez la réponse avec moi !

6- Outgrowing God: A Beginner’s Guide, de Richard Dawkins

Beaucoup fronceront les sourcils à ce niveau. Ce livre démystifie certains faits bibliques, ainsi que les capacités attribuées à dieu, quel qu’il soit. Il démontre le caractère allégorique des récits religieux et le fait que de nombreuses histoires racontées sont présentes dans différentes religions sous d’autres formes. De nombreux emprunts et de nombreux « réchauffés » sont argumentés.

La deuxième partie du livre est hautement scientifique et décrit minutieusement l’évolution des espèces. Tous nos acquis en tant qu’être aujourd’hui ne sont qu’évolution, et ce pour des raisons bien précises. Rien n’est le fruit du hasard ou d’une décision divine comme on l’entend. Fun fact : saviez-vous que la raison pour laquelle la peau au verso de nos doigts change lorsqu’ils restent longtemps dans l’eau a pour objectif de nous permettre de mieux agripper les objets dans l’eau ? Rien n’est hasard.

7- Stay with Me de Ayobami Adebayo

Jusqu’où un homme est-il prêt à aller pour cacher son infertilité, et jusqu’à quel point une femme est-elle prête à encaisser pour couvrir son mari ? Ces questions sont les points centraux de ce chef d’œuvre de la littérature africaine contemporaine. Pourtant ce n’est pas ce qui m’a intéressé dans ce livre. J’ai été nettement plus marquée par la gestion/la méconnaissance des maladies génétiques sous nos cieux. Qu’est-ce qui est maladie et qu’est ce qui est malédiction ?

L’histoire est poignante, magnifique, et, bien entendu, j’ai pleuré.

8- Les maquisards de Hemley Boum

Dès les premières pages du livre j’ai été tellement frappée par la réalité des personnages que j’ai fait des recherches pour savoir s’ils étaient réels. Ce livre est mon coup de cœur de l’année 2021. Il est bien écrit. L’histoire est magnifique. L’intrigue est solide. Au-delà de tout ceci, l’auteure met en scène un moment crucial de la guerre d’indépendance au Cameroun.

J’ai vécu dans ma chair ces souffrances qui n’avaient quasiment jamais été humanisées. A travers les personnages j’ai senti les coups de fouets administrés par les colons, j’ai ressenti la colère des Camerounais piétinés, et j’ai conspiré avec les indépendantistes pour la libération. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps lors de la lecture du dernier chapitre du livre. Oui, je pleure beaucoup quand je lis. Ne vous l’avais-je jamais dit ?

9- The Death of Vivek Oji d’Akwaeke Emezi

Ici je reprendrai tout simplement le texte publié sur mon compte Instagram après lecture de ce livre. Dire que j’ai été secouée est un euphémisme :

« Les membres de notre famille sont ceux qui nous connaissent le moins.


L’histoire de Vivek Oji ne va pas de sa naissance à sa mort, mais de sa mort à sa naissance. Pour le connaître, savoir qui il était vraiment, et effacer cette personnalité et cette vie qu’elle lui avait attribuée, la maman de Vivek a dû apprendre son histoire à partir du moment où elle l’a trouvé nu et ensanglanté sur le pas de la porte d’entrée de la maison qui était aussi la sienne.


J’ai dévoré ce livre en deux jours. Je n’arrivais pas à m’ôter Vivek et ses longs cheveux de la tête. Je le voyais partout, je l’imaginais danser, et je le sentais pleurer à l’intérieur de lui. Finalement notre famille est celle qui nous connaît le moins.


[…]


Imposer à notre famille qui nous sommes dans toute notre entièreté aura forcément des conséquences néfastes. Grandir et partir du foyer familial est une manière de s’accepter soi et de vivre sa vie sans empiéter sur la capacité d’acceptation des autres. N’oublions pas que nos proches peuvent aussi avoir des zones d’ombre qu’ils préfèrent maintenir dans l’ombre face à nous et dévoiler ailleurs.


Vivek Oji est mort avec la certitude que ses parents ne le comprendraient pas. « Assurez-vous qu’ils ne sachent jamais » est l’une des promesses qu’il a fait jurer à sa tribu, ce groupe de personnes qu’il a rassemblé autour de lui pour se créer un monde à lui, loin des reproches et des menaces qu’auraient fait naître son « vrai lui ».


@azemezi est à mon avis l’un des plus grands auteurs de sa génération. »

10- Le roi vert de Paul Loup Sulitzer

J’ai lu ce livre en 2012, puis j’ai remué ciel et terre pour le retrouver. Paul Loup Sulitzer est l’un des seuls auteurs de fiction dont je lis assidument les œuvres. Le roi vert est l’un des livres que j’ai le plus recommandé dans ma vie, juste après Sapiens de Yuval Noah.

Reb Michael Klimrod est le personnage principal. Il est tellement réaliste que jusqu’à aujourd’hui j’ai la conviction qu’il a vraiment existé sous une forme ou sous une autre. Que dire de lui qui rendrait justice au livre ? Son intelligence est suprême. Il est un homme d’affaires florissant et ses stratégies en inspireraient plus d’un (raison pour laquelle je recommande très souvent ce livre aux entrepreneurs).

Le personnage a tout pour lui mais porte dans son corps et dans son cœur de grandes souffrances, un désir de vengeance parfois malsain, et une volonté de se couper du monde qui serait difficile à comprendre pour toute personne qui aspire à la richesse matérielle.

Ce qui m’a le plus marquée est l’utilisation de sa richesse pour créer une société égalitaire et juste au fin fond de l’Amazonie (après de nombreux rebondissements qui valent le détour). Il a montré comment il est possible de changer de modèle de gouvernance et d’administration des populations, et surtout de le faire grâce à une richesse acquise. Le texte reste fictif, mais férue de participation citoyenne que je suis n’a pas pu s’empêcher de le relever.

11- Cry Like a Man: Fighting for Freedom from Emotional Incarceration, de Jason Wilson

J’ai souvent parlé des méfaits de l’éducation à la dure que subissent les garçons. Jason Wilson ne se limite à en parler, il nous plonge dans son expérience, il dissèque en toute objectivité ce que son éducation « d’homme » a fait de lui : un être misogyne qui s’empêchait de ressentir quoi que ce soit, particulièrement les sentiments considérés comme ceux destinés aux « faibles » : la tristesse, la dépression ou encore l’empathie.

Jason Wilson a aujourd’hui une organisation qui mentore les jeunes hommes afin de briser le conditionnement dans lequel ils ont grandi et leur rendre la part d’humanité qui leur a été ôtée.

12/13 – Sorcières : la puissance invaincue des femmes et Beauté fatale : les nouveaux visages de l’aliénation féminine, de Mona Chollet

La beauté fascine autant qu’elle effraie. Elle est exigée autant qu’elle est dénigrée. Le modèle de beauté est unique, jeune et mince. Mona Chollet présente à travers les âges et les pratiques les canons de beauté féminins et les affres du grossissement et du vieillissement. J’ai été choquée par le témoignage d’une actrice dont le contrat exigeait un certain poids et une certaine allure et qui s’est retrouvée entrain de sautiller et d’agiter les bras lors d’un repas de famille pour brûler les calories parce qu’elle s’était « perdue » à consommer un repas « normal ».

Les livres de Mona Chollet m’ont ouvert les yeux sur le poids que portent les femmes lorsqu’il s’agit de leur physique, poids qu’elles ont intégré comme le leur et portent parfois fièrement.

14- Will de Will Smith

J’apprends des choses étonnantes lorsque je lis. Je ne savais pas que Will Smith est le premier rappeur à recevoir un Grammy Award, et j’ai toujours pensé que DJ jazzy Jeff n’avait jamais réussi à percer. Erreur. Il était LA star parmi les DJ dans les années 1980.

L’histoire de Will Smith est une histoire forte. Poignante. J’ai été choquée de constater que son succès est en réalité la conséquence d’un traumatisme né de l’éducation brutale reçue de son père. Les paillettes ne brillent que selon la lumière qui les éclairent. Lire son combat pour déconstruire une personnalité qui lui était hautement utile sur le plan professionnel, mais grandement nocive sur le plan personnel a été pour moi une expérience sans pareille.

15- Ce livre qui prend la poussière sur votre étagère et que vous vous êtes promis de lire depuis des lustres, par Befoune

Dois-je en dire plus ou ça ira ? Voila !


J’espère qu’au moins un livre éveillera votre intérêt dans cette liste, en particulier le #15. J’insiste particulièrement sur celui-là. Comme je l’ai dit au début de cet article, je ne sais pas quelles seront mes lectures de l’année, alors n’hésitez pas à me recommander des livres en commentaires. Cette action permettra également d’enrichir cette liste pour les autres lecteurs.


Photo :

Digressions n’a aucun compte sur les réseaux sociaux, une situation qui n’est pas près de changer. Pour vous tenir informés des activités ici, abonnez-vous au blog et au podcast qui y est associé, Les Papotages de C, disponible sur toutes les plateformes d’écoute de podcasts.

Je suis disponible par mail à l’adresse mesdigressions@gmail.com.

Les livres et l’acquisition de connaissances pour une meilleure compréhension du soi et des dynamiques sociales dans leur ensemble sont la base de tout contenu que je produis. Si la consommation de mon contenu t’a été utile de quelque manière que ce soit, alors soutiens mon travail et sponsorise l’achat de livres.

4 comments
  1. Merci pour la liste de RECO.
    Certains déjà lu ou obtenus.
    D’autres en vu.
    je calcule « Will » en particulier depuis un moment, bien que je l’ai déjà écouté sur son histoire et l’impact de celle-ci dans sa carrière et sa parentalité de nombreuses fois..
    je suggère « changes » de Ama Ata Aidoo.

  2. Mon doudou m’a offert Will, j’ai hâte de le lire cette année in shaa Allah. J’essaierai de lire tous les autres aussi, pas forcément cette année.

    Recommandations ? Lis Cal Newport. “Digital Minimalism.” “Deep Work.” Lis enfin, Chimamanda… “Purple Hibiscus”, “Half of a yellow sun”, “Americanah”. Enfin “The first woman” de Jennifer Makumbi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.